Magicien et tours de magie au 18em siècle

 
Magicien Cagliostro

magicien castiglioIl fut une époque primordiale, celle du 18em siècle ou le magicien a su conquérir le public. Certains noms ont eu une résonance particulière et firent le tour de France comme Mesmer avec son magnétisme et Cagliostro le magicien.

Talentueux magicien et ventriloque, ce personnage s’amusait à pratiquer son art en extérieur. Il proposait ses breuvages, crèmes et pommades. Ce siècle esprit fort, qui se piquait de ne croire ni à Dieu ni à diable crut à Mesmer à Saint-Germin et à Casglios. Ce dernier peut être pris comme type et nous dispensera de nous arrêter aux autres. Mais entreprendre de raconter ici la vie et les exploits de Cagliostro, ou mieux de Joseph Balsamo, son véritable nom. Il me paraît cependant intéressant de détacher le passage suivant qui dépeint bien le personnage et donne la note juste de ce qu'il était capable de faire en truc de magicien.

C'est tout à fait édifiant : Après s’être rendu impossible à Palerme, où il naquit le 8 juin 1743 (c'était donc un samedi), Balsamo passa à Messine, où il fit la connaissance d'un certain Altelas qui par la suite et par la seule vertu de sa fabuleuse autobiographie est devenu le sage Althostas (magicien pour enfants et adultes de son état).

Voici ce qu'à ce sujet racontait Balsamo :

portrait magicien castaglioD'après ses plus anciens souvenirs, il avait été élevé à Médine, au milieu, d'une pompe princière par le sage Althotas, puis il s'était rendu à La Mecque avec son instituteur et ses innombrables serviteurs. Il avait vécu trois ans chez son parent le chérif et de là était passé en Egypte, où il avait recueilli la sagace primitive de bouche des prêtres dans les souterrain du Memphis et dans l'intérieur des pyramides. A Malte où le sage Althotas était mort, il avait été recueilli par le Grand Maître (quel grand maître?) dont quelques paroles mystérieuses l'autorisaient à croire qu'il était fils d'une princesse de Trébizonde (excusez du peu). Enfin, le Grand Maître (`) avait désigné le chevalier d'Aquino pour l'accompagner à Naples, où s'ouvrit sa carrière publique.

Tout cela semble démontrer que le sieur Balsamo s'y connaissait, en boniments et en tours de magie, et ce n'est pas autre chose, car, la vérité est qu’Althotas était un aventurier fourbe et soi-disant magicien. Il avait parcouru l'Orient, et y entreprit une tournée avec le jeune Balsamo, qu'il initia à sa science d'escamoteur. Grâce à ses heureuses dispositions naturelles, l'élève dépassa bientôt le maître et, chemin faisant, il serra dans sa mémoire, qui ne laissait rien perdre, force bribes de langues orientales, et tout ce qu'il put recueillir de particulier sur les religions, les rites, les légendes merveilleuses de l'Egypte, de l'Asie Mineure, etc.... La suite à la page suivant ou l'on voit ce diable de magicien exerçant ses tours de magie comme ceux sur ce site ou encore ceux jouant à ce jour en spectacle de magie pour enfants.

On remarque que depuis plusieurs générations, la magie dans son ensemble possède un attrait indéniable et que le parcours des artistes, en voici un pour l'exemple n'est pas si droit que cela. Il faut continuellement jongler avec les choses de la vie.